Nuit d’été

Original Text: 

Emile Nelligan et son œuvre. Montréal 1903 [1904].

2Remplit la douce nuit, se mêle au son des cors;
3Les Sylphes vont pleurant comme une âme en détresse
4Et les cœurs des grands ifs ont des plaintes de morts.
5Le souffle du Veillant anime chaque feuille;
6Le rameau se balance en un rythme câlin,
7Les oiseaux sont rêveurs, et sous l’œil opalin
8De la lune d’été, ma douleur se recueille.
9Au concert susurré que font sous la ramure
10Les grillons, ces lutins en quête de sabbat,
11Soudain a résonné toute, en mon cœur qui bat,
12La grande majesté de la Nuit qui murmure
13Dans les cieux alanguis un ramage lointain,
14Prolongé jusqu’à l’aube humide du Matin.

Notes

1] This poem is one of the very first Nelligan published. It appeared in Le Samedi (18 July 1896); the current version has a few substantial revisions of the earlier version. Nelligan was about sixteen and a half years old when he published this poem. Back to Line
Publication Start Year: 
1896
RPO poem Editors: 
Marc R Plamondon
Form: