Moïse

Original Text: 

Representative French Poetry, ed. Victor E. Graham, 2nd edn. (Toronto: University of Toronto Press, 1965): 39-42. From Poèmes antiques et modernes (Livre mystique).

2Ces obliques rayons, ces flammes éclatantes,
3Ces larges traces d'or qu'il laisse dans les airs,
4Lorsqu'en un lit de sable il se couche aux déserts.
5La pourpre et l'or semblaient revêtir la campagne.
7Moïse, homme de Dieu, s'arrête, et, sans orgueil,
8Sur le vaste horizon promène un long coup d'œil.
9Il voit d'abord Phasga, que des figuiers entourent;
11S'étend tout Galaad, Ephraïm, Manassé,
12Dont le pays fertile à sa droite est placé;
13Vers le Midi, Juda, grand et stérile, étale
15Plus loin, dans un vallon que le soir a pâli,
16Couronné d'oliviers, se montre Nephtali;
17Dans des plaines de fleurs magnifiques et calmes,
18Jéricho s'aperçoit: c'est la ville des palmes;
19Et, prolongeant ses bois, des plaines de Phogor,
20Le lentisque touffu s'étend jusqu'à Ségor.
21Il voit tout Chanaan, et la terre promise,
22Où sa tombe, il le sait, ne sera point admise.
23Il voit; sur les Hébreux étend sa grande main,
24Puis, vers le haut du mont il reprend son chemin.
26Pressés au large pied de la montagne sainte,
27Les enfants d'Israël s'agitaient au vallon
28Comme les blés épais qu'agite l'aquilon.
29Dès l'heure où la rosée humecte l'or des sables
30Et balance sa perle au sommet des érables,
31Prophète centenaire, environné d'honneur,
32Moïse était parti pour trouver le Seigneur.
33On le suivait des yeux aux flammes de sa tête,
34Et, lorsque du grand mont il atteignit le faîte,
35Lorsque son front perça le nuage de Dieu
36Qui couronnait d'éclairs la cime du haut lieu,
37L'encens brûla partout sur des autels de pierre,
38Et six cent mille Hébreux, courbés dans la poussière,
39A l'ombre du parfum par le soleil doré,
40Chantèrent d'une voix le cantique sacré;
42Tels qu'un bois de cyprès sur le sable qui roule,
43Du peuple avec la harpe accompagnant les voix,
44Dirigeaient vers le ciel l'hymne du Roi des Rois.
45Et, debout devant Dieu, Moïse ayant pris place,
46Dans le nuage obscur lui parlait face à face.
47Il disait au Seigneur: "Ne finirai-je pas?
48Où voulez-vous encor que je porte mes pas?
49Je vivrai donc toujours puissant et solitaire?
50Laissez-moi m'endormir du sommeil de la terre!
51Que vous ai-je donc fait pour être votre élu?
52J'ai conduit votre peuple où vous avez voulu.
53Voilà que son pied touche à la terre promise,
54De vous à lui qu'un autre accepte l'entremise,
55Au coursier d'Israël qu'il attache le frein;
57"Pourquoi vous fallut-il tarir mes espérances,
58Ne pas me laisser homme avec mes ignorances,
60Je n'ai pas pu trouver le lieu de mon tombeau?
61Hélas! vous m'avez fait sage parmi les sages!
62Mon doigt du peuple errant a guidé les passages.
63J'ai fait pleuvoir le feu sur la tête des rois;
64L'avenir à genoux adorera mes lois;
66La mort trouve à ma voix une voix prophétique,
67Je suis très grand, mes pieds sont sur les nations,
68Ma main fait et défait les générations.
69Hélas! je suis, Seigneur, puissant et solitaire,
70Laissez-moi m'endormir du sommeil de la terre!
71"Hélas! je sais aussi tous les secrets des cieux,
72Et vous m'avez prêté la force de vos yeux.
74Ma bouche par leur nom a compté les étoiles,
75Et, dès qu'au firmament mon geste l'appela,
76Chacune s'est hâtée en disant: "Me voilà."
77J'impose mes deux mains sur le front des nuages
78Pour tarir dans leurs flancs la source des orages;
79J'engloutis les cités sous les sables mouvants;
80Je renverse les monts sous les ailes des vents;
81Mon pied infatigable est plus fort que l'espace;
83Et la voix de la mer se tait devant ma voix.
84Lorsque mon peuple souffre, ou qu'il lui faut des lois,
85J'élève mes regards, votre esprit me visite;
86La terre alors chancelle et le soleil hésite,
87Vos anges sont jaloux et m'admirent entre eux. --
88Et cependant, Seigneur, je ne suis pas heureux;
89Vous m'avez fait vieillir puissant et solitaire,
90Laissez-moi m'endormir du sommeil de la terre!
92Les hommes se sont dit: "Il nous est étranger;"
93Et les yeux se baissaient devant mes yeux de flamme,
95J'ai vu l'amour s'éteindre et l'amitié tarir;
96Les vierges se voilaient et craignaient de mourir.
97M'enveloppant alors de la colonne noire,
98J'ai marché devant tous, triste et seul dans ma gloire,
99Et j'ai dit dans mon cœur: "Que vouloir à présent?"
100Pour dormir sur un sein mon front est trop pesant,
101Ma main laisse l'effroi sur la main qu'elle touche,
102L'orage est dans ma voix, l'éclair est sur ma bouche;
103Aussi, loin de m'aimer, voilà qu'ils tremblent tous,
104Et, quand j'ouvre les bras, on tombe à mes genoux.
105O Seigneur! j'ai vécu puissant et solitaire,
106Laissez-moi m'endormir du sommeil de la terre!"
107Or, le peuple attendait, et, craignant son courroux,
108Priait sans regarder le mont du Dieu jaloux;
109Car, s'il levait les yeux, les flancs noirs du nuage
110Roulaient et redoublaient les foudres de l'orage,
111Et le feu des éclairs, aveuglant les regards,
112Enchaînait tous les fronts courbés de toutes parts.
113Bientôt le haut du mont reparut sans Moïse. --
114Il fut pleuré. -- Marchant vers la terre promise,
115Josué s'avançait pensif, et pâlissant,
116Car il était déjà l'élu du Tout-Puissant.

Notes

1] This poem was written in 1822. For a study of Vigny's sources, see the critical edition of the Poèmes antiques et modernes by Edmond Estève (Paris, Hachette, 1914, pp. 11-19). Vigny himself, in a letter to Mademoiselle Meauvois dated December 27, 1838, wrote: "Le mien n'est pas le Moïse des Juifs. Ce grand nom ne sert que de masque à un homme de tous les siècles et plus moderne qu'antique: l'homme de génie, las de son éternel veuvage et désespéré de voir sa solitude plus vaste et plus avide à mesure qu'il grandit. Fatigué de sa grandeur il demande le néant..." Back to Line
6] Mt. Nebo is east of the Dead Sea. Back to Line
10] the Chain of Lebanon Back to Line
14] la mer occidentale: the Mediterranean. Back to Line
25] Moab is south of Mt. Nebo. Back to Line
41] The Levites were dedicated to religion. Back to Line
56] mon livre: the Pentateuch (Genesis, Exodus, Leviticus, Deuteronomy, Numbers), traditionally ascribed to Moses. Back to Line
59] Mt. Horeb in Sinai is the spot where God first appeared to Moses. Back to Line
65] Possible reference to the tomb of Abel described in Genesis. Back to Line
73] A reference to the pillar of fire. Back to Line
82] the Red Sea. Back to Line
91] Moses looked after his father-in-law's sheep before he was chosen to lead the Israelites out of bondage. Back to Line
94] i.e., his divine inspiration. Back to Line
RPO poem Editors: 
Victor E. Graham
Data entry: Sharine Leung
Dutt, Toru: Moses is a translation of de Vigny, Alfred: Moïse
RPO Edition: 
2011
Form: 
Special Copyright: 

Second edition copyright © 1965 University of Toronto Press. Reprinted with permission of the publisher, from which written permission must be obtained for any other edition or other means of reproduction.